L’Europe a plus besoin d’innovateurs que de technocrates.

Des technocrates ont été imposés par l’Europe à la tête des États en crise.

Professeurs d’Université, anciens banquiers, industriels ou grands commis de l’Etat.

Ils décident en fonction d’une analyse du réel et la réaction des marchés devient leur priorité.

Problème : c’est un peu comme si Tatcher ou Reagan prenaient les reines de l’Europe, qui vit maintenant au gré des désidératas des marchés et des agences de notation.

Les solutions proposées par ces « magiciens » des chiffres, sont les mêmes solutions que celles préconisées à l’issue des crises de 1974 par certains économistes.

Et pour la croissance ? Leurs propositions datent des années 1980-90…  

Le plus grand danger de cette technocratie temporaire, est qu’elle ne donne aucune perspective d’avenir aux peuples, qui survivent au jour le jour.

Au  contraire, l’Europe a besoin d’innovateurs : de responsables capables de proposer des solutions alternatives.

Lesquelles ?

D’abord, répondre au double problème du chômage des jeunes et des seniors. François Hollande propose un « Pacte Générationnel »… Cette initiative, excellente sur le papier, répond aux deux noyaux durs de chômage en France. Peut-elle être efficace à long terme, notamment si la création d’emplois tout court ne redémarre pas ?

D’autres solutions, moins politiquement correctes, doivent donc être envisagées. Notamment la mise en relation du nombre de place ouvertes dans certains cursus universitaires avec les besoins potentiels du marché du travail : un numerus clausus doit être imposé dans les filières où le taux d’emploi est inférieur à 50% et les jeunes doivent être incités à s’orienter vers des métiers en tension. Pour les Seniors, sachez que 60% des plus de 55 ans sont au chômage ! Mais les solutions sont plus délicates à trouver… 

Ensuite, une refonte des services publics : renforcer les services essentiels (école, santé, justice, police…) et déléguer services secondaires à des entreprises privées et notamment des entreprises de l’Economie Sociale. Un exemple ? Dans 5 Etats occidentaux sur 10, le recouvrement de l’impôt est réalisé par… les banques. Pas de Trésor Public, pas de Centre de Recouvrement. Cela permettrait de réorienter des dizaines de milliers de fonctionnaires vers d’autres services administratifs, réduire le recrutement et les dépenses. Beaucoup d’autres services sont dans cette situation. Enfin, les salaires versés aux hauts fonctionnaires doivent être plafonnés. 

Enfin, une relance de l’investissement : l’économie française est dépendante de la consommation des ménages. Or, cette dernière varie au gré du moral des ménages. Par contre, l’économie allemande tient grâce à l’investissement. Comment le relancer en France ? En permettant, par exemple, aux chercheurs des laboratoires publics français de créer des brevets et les vendre à des entreprises privées… bref, de créer un circuit de partenariat public-privé dans le financement de la recherche. Autre voie : soutenir fortement les PME Innovantes par un dispositif de défiscalisation massive, attirant ainsi des capitaux et permettant de faire émerger des projets entrepreneuriaux dans le domaine des services et des nouvelles technologies. 

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Lanceurs de débats. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s