Pourquoi Eva ne fera pas (vraiment) campagne…

Le PS et les Verts ont conclu, récemment, un accord (fragile) de gouvernement (voir article).

Ce deal d’arrière boutique, digne de la IIIème République, a été fortement médiatisé par le PS, afin de montrer aux futurs électeurs d’EELV que ce parti était bien une organisation politicienne à l’ancienne et non une « coopérative d’idée cherchant à faire de la politique autrement ».

Mais passons sur la forme et allons voir les conséquences de cet accord sur la campagne d’Eva Joly. 

Quels sont les termes de l’accord entre socialistes et écologistes (voir l’original) ? 

Ce ne sont pas moins de 30 pages d’un traité commun, qui peuvent être résumé en pas moins de 25 propositions concrètes qui font, pour leur majorité, déjà partie des programmes des deux formations. 

Mais l’important n’est pas là ; il est dans la monnaie d’échange : les 15 circonscriptions législatives qui permettront aux écologistes de composer un groupe parlementaire en 2012 et ainsi d’obtenir des postes ministériels (voir article).

Or, c’est en réalité l’ensemble de l’équipe de campagne d’Eva Joly qui est aujourd’hui dans les starting blocks pour négocier un marocain ministériel auprès du (peut-être) futur président socialiste. 

On peut envisager qu’avec une vingtaine de députés, ce seront près de 5 ministères et secrétariats d’Etat que le PS devra céder aux écologistes. 

Surtout, le poids des Verts sur le « président » Hollande ne dépendra pas du score d’Eva Joly, mais bien de l’importance du groupe parlementaire qui sera composé à l’issue des élections législatives. 

Il y a donc fort à parier que tous les ténors d’EELV seront à leurs circonscriptions, sur le terrain, et non auprès d’Eva Joly ou sur les plateaux de télévision nationaux. 

La liberté de parole de la candidate sera donc fortement contrainte par l’accord passé.

Elle ne pourra en aucun cas attaquer de front le PS et se contentera de taper sur Sarkozy et surtout Bayrou, dont elle tentera de siphonner les voix. 

Or, cette stratégie est politique absurde, EELV ayant adopté, depuis sa création, un positionnement « central » (ni socialiste, ni de droite, mais écologiste) : en s’associant au PS, les Verts ont sapé la clé de leur succès, ce positionnement alternatif qui leur donnait un avantage dans le paysage politique français. 

C’est pourquoi il y a de forte chances pour qu’Eva fasse fuir certains électeurs « centristes », déçus par la tournure des évènements, sans qu’elle puisse attirer à elle des électeurs « socialistes » déçus en attaquant Hollande. 

On peut donc parier sur un score écologiste inférieur à 10% lors de ce scrutin.

Ce sera toujours mieux que les 2% obtenus à lors des échéances précédentes…

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article, publié dans Indiscrétions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s