Tout est en place pour une candidature de Borloo.

Borloo a désormais toutes les raisons de se présenter à l’élection présidentielle de 2012 :

1-Borloo semble avoir mis H.Morin hors jeu (voir article) ; du moins, l’ancien Ministre de la Défense n’aura pas l’adoubement de l’Elysée en cas de candidature, contrairement à Borloo.

2-La montée en puissance de Borloo n’affaiblit pas Sarkozy, mais Bayrou. 

Les sondages (voir sondage) tendent à montrer que l’électorat de Jean-Louis Borloo est, en réalité, celui du MoDem : en siphonnant le « centre droit », Borloo élimine François Bayrou de l’équation présidentielle… au bénéfice de Nicolas Sarkozy (voir article).

3-La majorité des électeurs de droite sont favorables à une « double candidature » Sarkozy-Borloo à droite (voir sondage).

4-Le projet de Jean-Louis Borloo apparaît médiatiquement plus « clair » que celui de Bayrou.

Borloo affirme ouvertement une ligne « centre-droit », quand Bayrou navigue toujours sur la doctrine peu lisible du « ni-ni ».

5-Borloo répond à une demande réelle de l’électorat de droite : avoir la politique de Sarkozy, sans Sarkozy. 

« Sarkozy sans Sarkzoy » : voilà le mot d’ordre de Jean-Louis Borloo.

Cela consiste à proposer un projet économique, social et environnemental similaire à celui de Nicolas Sarkozy : un programme « libéral-conservateur ».

Concrètement, Borloo propose une fiscalité favorable aux couches aisées de la population ; une réduction de la dépense publique ; une politique d’investissement favorable aux grands groupes industriels nationaux ; un encadrement rigoureux des politiques d’assistance et d’aide sociales ; un conservatisme moral ; une réduction des flux migratoires.

Cependant, ce projet est porté par un homme qui évite les excès de l’actuel Président (ni bling-bling, ni conflit d’intérêt, ni népotisme, ni hypermédiatisation, et respect des Parlementaires)…

Enfin, dans la forme, son projet apparaît plus progressiste et social, car il dévoile un côté humaniste (respect des droits de l’homme, aide sociale, refus d’une vision « comptable » de la société) et écologique (greenwashing du projet).

De son côté, François Bayrou ne parvient pas à clarifier sa ligne de conduite. Il se positionne dans la voie du « ni-ni », quand l’imaginaire politique français n’a jamais accepté la possibilité d’un Centre.

Bref, la force de Borloo est d’assumer ouvertement que « le Centre est de droite« , ce qu’une majorité des Français croient et ce qu’une majorité des Français attendent : une droite alternative.

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Lanceurs de débats. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s