L’emploi des jeunes dans les quartiers populaires

En banlieue, le taux de chômage des jeunes est 2 fois supérieur à la moyenne nationale (40% contre 22%). On compte 2 fois plus de travailleurs précaires dans les ZUS qu’ailleurs (25%).

Pourquoi ? A cause de l’échec scolaire, d’un défaut d’orientation, une absence de carnet d’adresse, une ségrégation urbaine, le manque de transports.

 On parle souvent d’un « effet quartier » : 40% des jeunes de banlieues se sentent discriminés par cet effet.

Face à ces problèmes, aucune politique coordonnée : au moins 10 acteurs traitent de la question, sans coordination. Au sein de l’Etat, plus de 20 organismes s’occupent de la question. Il existe plus de 6 types de contrats aidés. On a défini plus de 8 « Plans pour la Banlieue » depuis 1982.

Quelles solutions ?

1-Soutenir les projets de création d’entreprise chez ces jeunes dont « la volonté d’entreprendre est 2 fois plus importante que partout ailleurs » (INSEE) en attirant les Business Angels vers la banlieue ou en misant sur du micro-crédit (ex : FinanCité).

2-Implanter une Ecole de la 2ème Chance dans chaque chef lieu d’arrondissement ZUS.

3-Recruter les « policiers de proximité » parmi les jeunes des quartiers eux-même.

4-Les communes et OPH doivent faire en priorité appel aux entreprises installées en banlieue (marchés publics).

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Lanceurs de débats. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’emploi des jeunes dans les quartiers populaires

  1. PERREY Yohan dit :

    En effet, le texte est vrai. Cependant, même si la réalité est qu’il y a sans doute un taux de chômage assez élevé chez les jeunes dans les banlieues, plutôt que de les victimiser, il faut essayer de comprendre pourquoi le taux de chômage est si élevé. Quand on voit la difficulté pour certains de s’insérer dans la société, le nombre de délits et autres qu’ils font…Il est logique que personne ne veut les employer. Fort heureusement, il s’agit d’une minorité. Cependant, à cause de ces infractions, tous les jeunes de ces citées paient. Il faut je crois, essayer de faire en sorte que ces jeunes se RESPONSABILISE. Tant que l’on se refusera de voir la réalité en face et que l’on se contentera de leur trouver des circonstances aténuantes ces débats n’avanceront pas. La police de proximité est un bon début, mais allons plus loin !

  2. Ping : Réélu à sang pour sang | CentPapiers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s