Dette publique : l’Etat doit-il vendre ses bijoux de famille ?

L’éventuelle cession de l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde, a causé tant de débats, que sa valorisation semble aujourd’hui impossible en dehors d’un cadre public.

La vente d’une partie du patrimoine de l’État pourrait-elle éponger une part de la dette publique ?

Non, mais la mise en location d’une partie pourrait permettre de fortement réduire le budget de fonctionnement de l’Etat.

 

L’État détient, en effet, plus de 1500 monuments historiques (décompte réalisé par le Comité Tocqueville). Ce sont notamment de nombreux  hôtels particuliers situés en centre ville de Paris.

Certes, il s’agit ici d’histoire et de lieux de pouvoir. Mais certains sont inoccupés ou utilisés par des services susceptibles d’être délocalisés en banlieue voire en province.

On peut aussi parler des « résidences réservées » de la Présidence de la République (château de Rambouillet, fort de Bregançon, manoir de Soucy-la-Briche et cinq autres encore).

Au total, selon la Cour des Comptes, l’Etat et les Collectivités disposeraient de 12 000 bâtiments de prestige et 130 000 logements de fonction.

Selon l’Inspection des finances, la valeur locative moyenne de ces biens atteindrait 1,5 milliards d’euros par an.

Certes 1 milliard ne résoudra pas la question d’une dette de 1000 milliards.

Mais il pourrait permettre de compenser les coûts de gestion de ces immobilisations.

Si l’on parvenait à une opération « neutre »,  nous aurions allégé le budget de fonctionnement de l’Etat et libéré quelques marges de manœuvre pour d’autres politiques.

Enfin, n’oublions pas les collections d’art abandonnées dans les caves des musées de la capitale, et dont la valorisation pourrait relancer beaucoup de musées provinciaux , au bénéfice de leurs habitants et des Collectivités. La Cour des Comptes ne cesse d’ailleurs de pointer du doigt ce gaspillage de ressources culturelles et, surtout, l’absence d’inventaire précis.

Conclusion : si vendre n’est pas une option efficiente, louer peut s’avérer utile à l’effort de réductions des dépenses publiques.

Mais pour cela, l’Etat devra apprendre à être administrateur de ses propres biens.

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Lanceurs de débats. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s