Le Pen / Mélenchon : Front contre Front.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont affrontés ce Lundi 14 février au micro de Jean-Jacques Bourdin.

Ce débat nous a apprit que, même si les voies sont différentes mais les effets seront les mêmes.

Surtout, on a assisté, sur la forme, à un effet miroir assez saisissant.

Les deux protagonistes enfilent le costume du populisme souriant : l’une criant « tous pourris », l’autre « qu’ils s’en aillent tous ».

Ils affichent tous deux leur haine de l’intelligentsia intellectuelle et de l’élite économique. Tous deux souhaitent occuper la fonction tribunitienne.

Sur le fond, leurs programmes sont manichéens et opposent une caste de profiteurs à une masse d’exploités.

Fervents adhérents de la théorie du complot, ils se montrent mutuellement du doigt comme un personnage anti-système en réalité au service du système.

Mais ce débat avait l’intérêt de faire ressortir des différences.

Reprenons donc le cours du débat.

Sur l’immigration d’abord. Selon J-L.Mélenchon, elle est utile et heureuse, lorsque « chacun est à sa place ». Pour Marine, elle est menaçante et « tire les salaires vers le bas ».

Il faut avouer que l’argument de Marine le Pen se fonde sur une réalité : l’abus de travail immigré (clandestin) dans certains secteurs comme le BTP ou la restauration. Mélenchon restant assez flou.

Mais, dans les deux cas, aucune vision claire de la politique d’immigration n’est affirmée. Le mot « maîtrise » n’est même pas prononcé. C’est tout ou rien.

La laïcité ensuite. Les deux fustigent les extrémismes, mais pas les mêmes. Pour l’une ce sont  les Islamistes, pour l’autre les Catholiques. Mais avouons que Mélenchon est plus libre pour attaquer les religions dans leur ensemble, quand Marine cible exclusivement les musulmans.

L’Europe, enfin. Les deux rejettent l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui. L’une veut la quitter. L’autre la rendre « sociale ». Sur cette question, Mélenchon est plus réaliste que Le Pen : l’Europe est 1 réalité pour les français pour qui « en sortir » est impossible.

Le tout ponctué de deux petites phrases :

-« Monsieur Mélenchon, vous êtes la Yvette Horner de la politique » (les fans apprécierons).

-« Madame Le Pen, vous ne servez à rien » (un peu plat).

Bilan du match : avantage Mélenchon. Plus percutant, réaliste, assuré, il a joué sa partition sans accroc quand Marine ramait parfois ou tirait à côté.

Mais il faut dire que la configuration du débat n’avantageait pas Marine Le Pen, pour une raison au moins : la question de l’insecurité n’a pas été évoquée. Or, cette question est la clé du programme FN.

On peut donc avoir quelques regrets que ce thème ne soit abordé.

Enfin, le principal enseignement que l’on peut tirer de ce débat est que Marine n’a pas vraiment la carrure de Jean-Marie. Et ceci devrait fortement rassurer l’UMP.

Marine sera-t-elle moins performante que Jean-Marie ? Nous étudierons cela bientôt.

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Coups de projo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s