Comment Borloo tente d’affaiblir le PS.

Comme nous le suggestions dans un article précédent (voir : https://aktesblog.wordpress.com/2011/01/20/pourquoi-borloo-roule-pour-sarko/), Jean-Louis Borloo aurait été mandaté par Nicolas Sarkozy pour éliminer le « centre-droit » de la campagne présidentielle, mais aussi, au passage pour affaiblir quelque peu le PS.

En effet, en 2007, le PS a bénéficié du soutien des Radicaux de Gauche. Or, en 2002, alors que la radicale Christine Taubira a fait cavalier seul… le candidat PS n’était pas au second tour de la présidentielle. N’y voyez pas un hasard.

Par conséquent, il serait très plaisant au candidat Sarkozy que les radicaux de gauche ne soient plus en position de s’allier avec le Parti Socialiste.

Justement, Jean-Michel Baylet, Président du Parti Radical de Gauche parle « d’ouvrir les discussions » avec le Parti Radical valoisien de Jean-Louis Borloo.

Une tentative de rapprochement avait déjà été initiée au lendemain de la présidentielle de 2007, sans suite, les valoisiens ayant rejoint l’UMP.

Aujourd’hui, le PRG veut avancer… vers une réunification des Radicaux, mais à une condition : que Borloo rompe avec l’UMP.

On peut y voir, aussi, une manière pour chacun des deux partis de montrer les dents, l’un au PS, l’autre à l’UMP, dans la perspective des négociations pour les candidatures aux cantonales. Ainsi qu’une manière de s’organiser afin de conquérir, en 2014, le Sénat, la chambre qui compte le plus grand nombre de centristes.

Mais il ne faut pas oublier l’aspect présidentiel de l’affaire. Ecarter le PRG du PS est un élément important de la stratégie de Sarkozy… un élément qui autorise Borloo à aller loin, jusqu’à « l’émancipation » (feinte) de l’UMP – exigée par le PRG – qui le conduira à en devenir « allié extérieur », toujours sous perfusion financière de l’UMP.

Un « Front Républicain »… contre le PS.

J-M.Baylet évoque l’ambition d’une candidature de type « Front républicain » en 2012.

Une idée qui semble résumer – malgré elle – la stratégie de Sarkzoy : opposer un « front centriste » (sans candidat, mais derrière Sarkozy) face au Parti Socialiste, et notamment à DSK qui se présentera comme… centriste.

Avec sa « confédération républicaine, sociale et écologiste », rassemblant le NC, les Radicaux, le PRG, Ecologie Indépendante, Jean-Louis Borloo peut offrir à Sarkozy le « soutien plein et entier de la famille centriste ».

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Indiscrétions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s