La démocratie version centriste, par Jean-Pierre Rioux

Vous avez raté l’ouverture des Universités Populaires… voici un résumé de la conférence de Jean-Pierre Rioux : « La Démocratie version centriste ».

LA DEMOCRATIE VERSION CENTRISTE

Depuis deux siècles, les centristes cherchent à dépasser le manichéisme de la vie politique française, à briser un système de plus en plus binaire, bipolaire, bipartite.

Leur combat a longtemps été méprisé, leur existence même est contestée. Maurice Duverger affirmait : « Le Centre n’existe pas en politique » ; et François Bayrou avoue que, « Dans centriste, il y a triste ».

Pourtant, quoique le Centre, en France, apparaisse improbable, le « centrisme » a toujours trouvé une place de choix dans les régimes politiques et les « centristes » restent des combattants increvables.

1- Le Centre (improbable ?)

Le Centre naît au début du XIXeme siècle, dans une période où s’affrontent réactionnaires et révolutionnaires.

Des libéraux, proches de la droite dite « Orléaniste » (monarchistes constitutionnalistes modérés) appellent à la recherche d’un « juste milieux » entre réaction et révolution, entre « tyrannie et confusion » (François Guizot).

Ce courant affiche un fort libéralisme politique, sous l’inspiration des idées de Benjamin Constant : ils prônent une éducation permanente de toutes les libertés, notamment des « libertés nécessaires » (expression, presse, réunion).

Ils se rassemblent autour du refus des affrontements en politique et de la recherche de la conciliation, de la concertation, de la délibération. Ils se présentent comme un « ministère de réconciliation ».

Leurs valeurs fondamentales sont : le libéralisme (politique et économique), le girondisme (contre le jacobinisme centralisateur), leur attachement à bonne « représentativité » des élus (suis-je bien légitime ? suis-je le mieux placé pour décider ?), la quête de « l’émancipation de la personne humaine« .

Quatre principes qui restent, jusqu’à aujourd’hui, le socle de la doctrine centriste.

2-Le Centrisme de Gouvernement (indispensable ?)

A partir de 1875, sous la IIIème République, le Centre trouve une place « centrale » au sein du régime : on y fait appel pour dénouer les crises politiques et reconstruire des majorités.

Il devient ainsi le courant grâce auquel des coalitions gouvernementales peuvent tenir. D’où leur nom « d’opportuniste » – mot à l’époque bien moins péjoratif qu’aujourd’hui – donné à Léon Gambetta ou Jules Ferry.

C’est cette fonction de force d’équilibre, de « sel de la Terre » (Jean Lecanuet) qu’a porté le Centre jusqu’à la Vème République.

3- Le Centrisme Présidentiel

La Vème République – son système de parti, ses modes de scrutin – est une machine à broyer le Centre, au nom de la stabilité.

Pour y survivre, les centristes ont dû se rassembler, au sein d’un « courant central« .

Dans la perspective de l’élection présidentielle de 1974, l’UDF est ainsi parvenue à rassembler les trois centres : les indépendants ou libéraux (Giscard d’Estaing), les radicaux (Jean-Jacques Servan-Schreiber), les démocrates-chrétiens (Jean Lecanuet).

Les idées qui les rassemblent sont : l’attachement au parlementarisme, au réformisme dans la conciliation, au respect des minorités politiques, au modernisme social, à l’Etat de Droit, à l’entreprise, à la famille, au solidarisme (doctrine de la responsabilité sociale de Léon Bourgeois). Mais c’est surtout l’espoir de faire du Parti Centriste un parti majoritaire… le fameux « 2 Français sur 3 ».

Même si Giscard d’Estaing prend la tête du mouvement, ce sont les démocrates-chrétiens qui le portent.

La Démocratie-chrétienne est le coeur du centrisme. Cette doctrine catholique, forgée à la fin du 19ème siècle par Marc Sangnier (Le Sillon), est le noyau dur du centriste contemporain. Il a connu son heure de gloire à la fin de la seconde guerre mondiale, avec le Mouvement Républicain Populaire (MRP), dont Georges Bidot succéda à Jean Moulin à la tête du Conseil National de la Résistance et qui fut à le premier parti de France à la sortie de la libération.

Mais la doctrine Démocrate-Chrétienne peine à prendre en France, du fait de la forte exigence laïque du peuple Français, moins présente en Allemagne (Angela Merkel est à la tête de la CDU… l’Union Chrétienne Démocrate) ou en Italie.

Pour ces raisons, à la fois idéologiques et liées à la nature de la Vème République, le courant central ne parvient pas à maintenir son unité, à croître et se divise après la parenthèse 1974-1981, pour ne plus être qu’une « force d’appoint » de la droite gaulliste.

Jusqu’à présent, le Centre n’est pas parvenu à imposer une « Troisième Voie« , entre Gauche et Droit, une troisième force, capable de dépasser une des deux autres.

Mais les critiques qui leur sont faites sont injustes.

On dit que le Centre n’a pas de « projet » ni de « programme ». Faux.

Le Centre porte un Projet de Civilisation fondé sur quatre piliers : la Liberté (de s’exprimer comme d’entreprendre) ; l’Etat de Droit (Etat impartial) ; la Solidarité (équité sociale, responsabilité sociale des entreprises) ; la Responsabilité (engagement civique, citoyen, Service Civil, Activité Universelle) ; l’Education (l’effervescence de l’instruction, de la culture, de l’innovation).

Un projet entièrement tourné vers l’épanouissement de la personne.

On dit que le Centre est mou. Faux.

Jules Ferry disait, en substance : « nous sommes modérés, mais nous sommes résolus ».  Les centristes sont certainement bien plus résolus à réaliser leur projet que les populistes vociférants.

Pour conclure, quelques citations « centristes » à replacer :

« Puisqu’on finit toujours par se recentrer, pourquoi ne pas commencer par là ? » (Jean-Claude Casanova).

« On ne peut pas s’appeler Centre et rester éternellement du même côté » (François Bayrou).

En espérant ne pas avoir trahi les propos de Jean-Pierre Rioux… ce résumé n’engageant qu’Aktès. En cas d’erreur ou d’approximation, vos commentaires nous permettrons d’améliorer ce texte. Bonne lecture !

Publicités

A propos aktes

Aktès propose des formations militantes en ligne pour tous les adhérant du MODEM.
Cet article a été publié dans Projet Humaniste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s